Julia Holter « Loud City Song »

Julia-Holter-Loud-City-Song

Depuis le début de sa carrière (déjà avec son premier projet connu The Remakable Thing About Swans), Julia Holter brouille les pistes comme pour mieux échapper aux classifications musicales. Il est difficile de cataloguer un artiste lorsque lui-même n’hésite pas à mettre dans sa musique des références à la musique sérielle, à des harmonies médiévales ou simplement à  la pop. Avec la directrice du label Human Ear Music (Ariel Pink, Nite Jewel…), il faut toujours s’attendre à un mélange de musique érudite et de simplicité pop. Et c’est ce qui se passe une nouvelle fois avec Loud City Song son dernier album en date.

Prolongement et approfondissement d’une vision artistique entamée depuis Tragedy et Ekstasis, c’est Gigi de Colette qui inspire cette fois-ci la divine Julia Holter pour son nouvel album après que les tragédies d’Hippolyte aient influencé Ekstasis. Un prisme qui permet à l’américaine d’explorer son rapport personnel à la ville de Los Angeles et à sa façon de vivre en général. Une exploration qui ne dit pas tout et garde assez de mystère pour mieux laisser l’auditeur se faire sa vision personnelle.

On entre ici dans son monde (World) comme une bise soufflée par une voix remplie de délicatesse. Le temps est déjà suspendu après seulement quelques minutes. On sait que l’on se sentira bien dans cet univers attachant. Avec Julia Holter, on est toujours parti dans un envoutement sonore. Plus acoustique, voire même organique qu’Ekstasis, Loud City Song est une succession d’émotions vibrantes comme savent le faire partager, rien qu’avec le chant, des artistes comme Björk et Kate Bush. La musique avant-gardiste laisse place à des influences jazz et à une certaine forme de classique. Les cordes permettent des envolées, les cuivres accentuent une course haletante, les percussions marquent les moments tragiques… Tout ici est marqué par une osmose bouleversante et singulière entre le fond et la forme.

 Site