John Lydon :: Anger is my energy : my life uncensored

81ETKR69GFLAprès Rotten : No Irish, No Blacks, No dogs , sa première autobiographie parue en 1993, John Lydon remet le couvert avec 700 pages de mémoires au vitriol.
La traduction française du titre original ‘Anger is my energy : my life uncensored’ ne retient que ‘La rage est mon énergie’ et n’a pas jugé bon d’y ajouter ‘Ma vie non censurée’ pourtant John Lyndon a bel et bien décidé de se livrer et de ne rien occulter de sa vie, de ses rancœurs, de ses haines et des moments de joie et de bonheur.
La Rage est mon énergie’ ou l’Itinéraire d’un enfant pas gâté : Lydon y narre ses souvenirs d’enfance dans les années 60 dans le quartier populaire de Finsbury Park au nord de Londres ou plutôt ceux qu’il a conservés après avoir été terrassé par une méningite à l’âge de 7 ans et qui le plongea dans le coma pendant 6 mois puis effaça toute une partie de sa mémoire.
Les mots sont simples pour raconter son adolescence, son exclusion du lycée, sa rencontre avec John Simon Ritchie (Sid Vicious), la misère sociale et la violence qu’il a connu lui et ses trois frères, ses influences musicales (CAN, Neil Young et Captain Beefheart). Puis vient l’heure des règlements de comptes dont Malcom Mac Laren est la principale cible, John Lydon le tenant pour principal responsable des querelles intestines au sein des Sex Pistols même s’il n’élude pas les tensions provoquées par le comportement et l’addiction de Sid Vicious. Il épingle également Joe Strummer pour ‘son socialisme abstrait’, Strummer qu’il accuse également de récupérer le mouvement punk.
Des anecdotes croustillantes à propos des tenues ‘Bondage’ que lui faisait porter Vivenne Westwood qu’il ne manque pas d’égratigner au passage , à la genèse de PiL en passant par ses vies à New York et Los Angeles avec sa compagne et âme sœur Nora, John Lydon s’érige en précurseur du mouvement punk et même si ce n’est pas la modestie qui l’ étouffe, peut-on vraiment contester qu’il en fût un des acteurs majeurs, un rouage essentiel ?
Point de langue de bois quand il évoque ses diverses expériences au cinéma, à la télévision, quand il cloue au PiLori les Tabloids anglais.
John Lydon est un combattant, la colère chevillée au corps.
En refermant ce livre, on comprend mieux l’homme et l’artiste. Quant à son œuvre, elle va bientôt être complétée d’un nouveau disque de PiL.

Hervé

John Lydon Anger is my energy : my life uncensored / La Rage est mon énergie – Seuil 2014