Jim Yamouridis « Into The Day »

148184_178265255522010_178263395522196_687262_1107536_n
Une stature à mi chemin entre John Cale et Leonard Cohen. Un dandysme revendiqué qui rappelle Oscar Wilde. Voilà comment pourrait-on d’emblée qualifier la personne de Jim Yamouridis. Pas un nouveau venu sur la scène musicale internationale. L’australien d’origine grecque, vivant désormais dans un petit village d’Auvergne, s’est fait un nom au sein de son groupe australien The Stream. Depuis son premier album solo, The Name Of This Place, Jim Yamouridis a revêtu le costume de songwriter habité. Et encore une fois avec Into The Day, son album le plus abouti à ce jour, il touche toutes les âmes sensibles. Une musique bouleversante d’intemporalité bercée par des mélodies minutieuses où rien n’est oublié. Comme pour Travelling Blind, Jim Yamouridis s’est entouré du désormais inévitable Sébastien Martel, mais aussi de Warren Ellis (Bad Seeds, Grinderman), Sarah Murcia (Las Ondas Marteles) et Fabice Barré. Tous ces musiciens sont au service des compositions construites par un architecte des mélodies. Chaque note, chaque mot a sa place comme une pierre sur un monument. Les guitares, la contrebasse, le violon et les multiples instruments soulignent la beauté brute des émotions chantées avec une voix grave. Une voix envoûtante à rapprocher de celle de Leonard Cohen, Nick Cave ou Johnny Cash. Chaque mot chante une émotion palpable et enlumine sans fausseté des histoires et des musiques dénuées de superflu. Into The Day est de la trempe des albums qui deviendront un jour des références au même titre que Songs Of Leonard Cohen ou The Boatman's Call.

 Myspace

JimYamouridis