Jay-Jay Johanson « Cockroach »

Jay-Jay Johanson Cockroach

« So Tell The Girls That I Am Back In Town« . A chaque nouvel album de Jay-Jay Johanson, ces paroles reviennent comme une litanie. Avec la sortie de Cockroach, ce titre tiré de l’inusable album Whiskey, (1997) prend d’autant plus tout son sens que le suédois annonce un retour vers les sons qui l’ont fait connaître. 

En 2011, Spellbound permettait à Jay-Jay Johanson d’épurer ses sonorités tout en opérant une évolution musicale vers des arrangements plus acoustiques mêlés d’accents jazzy.  Fort de cette nouvelle expérience, Jay-Jay Johanson poursuit avec son neuvième album, son travail d’arrangement  tout en revenant au trip-hop qui le définit depuis le début de sa carrière comme un Tattoo  sur la peau.  On retrouve avec un plaisir non dissimulé les rythmes electro jazz et surtout les caisses claires samplées  qui ont rythmé les premiers albums comme le cliquetis des glaçons dans un verre de Whiskey (Orient Express). Mais comme il l’a déjà prouvé auparavant, le plus français des Suédois aime La Confusion des Genres et n’hésite pas à se lancer dans une sorte de doo woop electronique (Dry Bones), s’accompagner de seulement une guitare sur le très sensible morceau « Laura » ou encore partir vers des ambiances hantées (Forgetyounot). Les recherches et les relectures acoustiques des anciens morceaux sur Spellbound ont donné envie au crooner de sublimer ses nouveaux titres avec des cordes (I Miss You Most of All) et des percussions (Coïncidence et The Beginning of the End of Us).

En mélangeant subtils arrangements acoustiques et sonorités issues de la sainte trilogie Whiskey, Tattoo et Poison, Jay-Jay Johanson a résolument trouvé l’Antidote qui l’empêchera de commettre à nouveau les mêmes erreurs qu’à l’époque d’Antenna et d’éviter un ennuyeux Self-Portrait. 

Site

1 comment for “Jay-Jay Johanson « Cockroach »

Comments are closed.