Jan Mörgenson :: Jass, Raag & Blooz

© Claude Somot

Fermer les yeux, ouvrir les oreilles en grand et se laisser s’imprégner de la poésie. C’est ce qu’il y a de mieux à faire lorsque l’on pose le diamant sur le premier véritable album de Jan Mörgenson sorti chez Specific Records.

Le Messin a repris le chemin du Studio après deux Eps et un live enregistré dans une église. Ce dernier enregistrement, injustement intitulé Grotesque, demandait à son auditeur une écoute pleine de recueillements. On peut d’ores et déjà dire sans trahir de secrets que Jass, Raag & Blooz poussera, lui aussi, à la méditation contemplative tous ceux qui voudront se donner la peine d’y jeter une oreille.

Ici, les notes remplacent les mots. Intégralement instrumentale, la musique du messin traduit un langage poétique singulier. Une poésie sauvage, à la fois douce et pastorale, qui parle de grands espaces. Jan Mörgenson est un promeneur solitaire qui nous emmène loin dans ses rêveries et nous fait parcourir des contrés lointaines que personne n’a encore mises en son. On ressent sans trop de mal tout le soin apporté par l’artiste pour enjoliver ses petits trésors. Sa musique est pleine de  richesses et de nuances grâce à un fingerpicking gracile faisant passer les notes du son cristallin au bourdonnement. Le blues, le folk, le ragtime et quelques touches hispanisantes offrent une palette riche en couleur et explorent les sentiments avec indécence. Jan a le touché de John Fahey et la richesse mélodique de Jack Rose. Les fantômes de Mississippi John Hurt et de Big Bill Bronzy planent aussi au-dessus de ce virtuose de la guitare.

C’est à la fois un artiste et un disque rare qu’il nous est donné d’entendre là. À l’heure où de nombreux groupes se ressemblent jusqu’à devenir l’ombre d’eux-mêmes, Jan Mörgenson  s’avère être un artiste plus que précieux et Jass, Raag & Blooz une véritable bouffée d’air frais.

Damien

Release Party Trinitaires Metz