James Yorkston – The Cellardyke Recording and Wassailing Society

james yorkston cellardyke electrophoneThe Cellardyke Recording and Wassailing Society est le titre du dernier album de James Yorkston. Cellardyke est un village écossais situé en bord de mer. Dans cette bourgade paisible vivant au rythme des saisons, vit une communauté peu structurée d’artistes et de créateurs heureux de vivre en marge de la société, à l’écart des loyers exorbitants et de la folie de la société de consommation. Cette ville et cette communauté d’artistes qui a donné son nom au huitième album de l’Écossais, lui ressemble bien. Lui, l’artiste qui a toujours évolué à sa façon sans jamais vraiment attirer la lumière vers lui, avançant à sa manière loin des turpitudes du marché du disque. C’est dans cette ville, à domicile, retiré de tout, que James Yorkston a commencé à enregistrer sur son téléphone les démos acoustiques de ce qui compose aujourd’hui l’album le plus intime et le plus personnel. Son dernier album, enregistré en trois jours I Was a Cat from a Book (2012) était son album le plus court. Aujourd’hui, avec The Cellardyke Recording and Wassailing Society, James Yorkston prend son temps. Il laisse évoluer les choses. Et c’est ce qui se passe dès la première écoute. On a envie de crier au monde de s’arrêter. De prendre du bon temps et de revenir à l’essentiel. Ici, James Yorkston emmène l’auditeur avec lui pour écouter ses réflexions sur des thèmes aussi universels que le retour à ses racines, la paternité et l’amitié. Des thèmes qui pourraient très vite tomber dans l’auto apitoiement et les pleures, mais c’est sans compter sur le talent de James Yorkston qui  préfère parler de partage avec l’autre. Et puisque l’on parle de partage, James Yorkston a invité pour l’enregistrement quelques amis aussi divers qu’Alexis Taylor, KT Tunstall, Pictish Trail, Emma Smith & Jon Thorne, Rob Smoughton ou encore Fimber Bravo. Des amis qui contribuent à faire de The Cellardyke Recording and Wassailing Society un album chaleureux doté d’une profonde intimité.

Damien

Son