Jak’s :: Act 1

En six titres, Jak’s  va droit au but. Autant que d’autres en douze titres. Sans faiblir  une demi-seconde, leur power pop regorge de mélodies voltigeantes jouées à la vitesse du son. Et on imagine les grenoblois bien plus à l’aise à surfer sur les tubes de San Diego que sur les pentes enneigées des Deux Alpes. Jak’s ne fait pas de surf music mais partage l’esprit à travers leurs chansons et surtout ne font pas les même erreurs que la vague néo sixties française des 80’s qui se contentaient d’appliquer la recette garage avec application.

Le trio a parfaitement assimilé les accords des frangins Mickey et Joey Leigh – qui ça ? –  et des early Barracudas et sait composer des refrains fédérateurs à faire pogoter l’allégresse. Derrière le foutoir d’Another Love, la voix annonce l’été alors que les accords et les chœurs se disputent la vague avec des xylophones. Les breaks acrobatiques et les synthétiseurs en mode glassy de Let me Go viennent inscrire les mythiques One-Two-Three-Four dans le sable, la rythmique vient s’y engouffrer sans demander son reste.

Effets psychédéliques et spoken words sur Away my Head, orgue sixties et   intro C86 pour Lady Cocaine, pop-punk version Arcade Fire sur This Morning font de ce premier Ep Act 1 une véritable réussite, soit  un aérial sans faute.

Mathieu M