Hyperclean :: Le Zou

Hyperclean le zou

Hyperclean est le groupe maudit par excellence. Après un premier album sorti en 2006 chez Warner, le groupe est vite laissé tomber par la major.  Un second album est pressé  (Tata – Revue Mélodramatique #2 en 2009), mais passe totalement inaperçu. Le stock de disques finira même, comme son distributeur, détruit seulement quelques mois après sa sortie sans que le groupe ait eu son mot à dire. Hyperclean avait pourtant tout pour réussir en regroupant en son sein ce qui est aujourd’hui la fine fleur de la pop française : Julien Gasc et Benjamin Glibert d’Aquaserge, Julien Barbagallo (auteur du très beau Amor de Lonh et batteur de Tame Impala), Émile Sornin (Forever Pavot), Emmanuel Mario (Astrolab)… Il fallut la ténacité de l’équipe de la Souterraine pour remettre en selle Fréderic Jean grâce à une Mostla Tape sortie en 2014, dans laquelle on retrouvait des morceaux inédits, des démos et des titres récents. Jusque là, Frédéric Jean avait de quoi devenir fou et danser la danse de Saint Guy par le manque de considération de son groupe. Mais heureusement, il revient avec un EP quatre titres sur lequel il nous apprend à danser  Le Zou. Tube de l’été pour tous ceux qui se donneront la peine d’y jeter une oreille.

L’univers poétique, dadaïste et foutraque du groupe s’estompe quelque peu. Encore que. Car derrière ce rock sixties fortement influencé par la période yé-yé de Serge Gainsbourg, se cache un brin de folie contagieux que l’on aime entendre sur le titre western-spaghetti Cheval. Se dégage aussi un humour pince sans rire sur Les Impôts et surtout sur le duo mixte Si J’étais Une Fille dans lequel on jurerait entendre France Gall et…. L’Homme à Tête de Chou.

Seulement pressé à 100 copies numérotées, ce n’est pas encore avec ce 45t qu’Hyperclean va toucher beaucoup de monde. Mais on est bien heureux d’être témoin d’un nouveau départ  et d’entendre du neuf de la part d’Hyperclean.

Damien