How To Dress Well « Total Loss »

How to dress well total loss
« Je me suis
senti bloqué, abandonné, égaré, le moral au plus bas.
 », c’est ainsi
que Tom Krell parle de la période d’enregistrement de Total Loss. Du coup, on ne s’étonne pas de voir un titre comme When I Was In Trouble en ouverture d’un
second album, pas des plus joyeux, mais très attendu. Par contre, on est
heureux de l’utilisation du passé sur ce titre. Car How To Dress Well revient en pleine forme là où on l’avait quitté
avec Love Remains.

Un premier album en forme de pochette surprise dont le
principal point fort était d’avoir allié le chant R’n’B à de la musique indé
voire lo-fi. S’éloignant d’un genre plus connu pour son côté bling bling, Tom
Krell  a réussi à extraire tout le pire
du R’n’B pour n’en garder que le meilleur : la sensualité.

Entre les deux albums, Tom Krell s’était laissé aller à des
rêveries suicidaires et des arrangements orchestraux le temps d’un EP (Just Once EP) d’une beauté simple. C’est
sans doute ce qui a donné l’idée à Tom Krell de rendre sa musique un peu moins
brute.

Avec la minutie d’un tailleur de pierres précieuses, le doctorant
en philosophie a poli ses compositions avec une production presque impeccable.
Le côté rêche des premiers morceaux a disparu mais la spontanéité de son
écriture est toujours présente. Orfèvrerie crépusculaire et rédemptrice, Total Loss livre toujours des
atmosphères vaporeuses et fragiles avec une cohérence jusqu’alors inexistante. Ici,
les émotions sont toujours partagées mais ne font jamais pleurer dans les
chaumières.

Farinelli de la pop, Tom Krell prouve une nouvelle fois avec
Total Loss que les blancs savent
aussi chanter du R’n’B et que dans ce style mal aimé, une nouvelle piste de
renouvellement de la cause pop moderne pouvait être exploitée.

Site