Hoboken Division « Debut EP »

Hoboken division

Un garçon, une fille. Une guitare et une boîte à rythmes (ou une batterie c’est selon). Ce concept rock minimal a depuis longtemps été essoré jusqu’à un point où plus grand chose de nouveau et de bon ne soit sortie. C’était sans compter sur les nouveaux venus d’Hoboken Division.

Ces derniers ont beau souffler lorsqu’on les compare à The Kills, mais il y a des signes qui ne trompent pas. Et ce n’est pas avec le titre d’ouverture Sugardaddy qu’ils s’émanciperont d’une telle comparaison. Mais qui se plaindra d’entendre autant de maîtrise dans un premier EP ? Personne. De plus et surtout, ce qui fait le petit plus qui nous permet d’accrocher tout de suite à ces quatre premiers morceaux, c’est le goût prononcé pour le blues, une musique totalement oubliée aujourd’hui. Out Of Businness nous ramène quelques décennies en arrière quand Chicago était le centre névralgique d’un rock urbain et où  le slide d’Elmore James et l’harmonica de Sonny Boy Williamson crissaient sur les murs des Jukes Joints. Ce premier EP éponyme concentre habilement guitares claires et crasseuses pour des blues lascifs chantés avec une voix soul. Les plus beaux exemples de cette délicate recette sont les deux morceaux Radar On et Happier Than You où le jeu de guitare de Mathieu sert de contrepoint à  la voix de Marie chantant comme Janis Joplin un jour de sécheresse maltée.

Ces deux Nancéiens ont tout compris à la musique en revenant aux  sources originelles. « La musique vivra tant que vivra le blues » chantait notre Jojo national. On ne saurait trop lui conseiller d’écouter Hoboken Division.

Site