Hinin :: Hors Jeu

Sous le nom de Hinin se planquent deux gars qui se définissent comme un duo post punk à chiens. En tout cas, ils ont des trucs à dire, en français, et interprètent leurs dix titres tels deux pitbulls énervés. Mais pas que, car si l’urgence est bien au rendez vous, leur punk sans frein est avant tout humain.
Pas d’ersatz robotique, la prise de parole devient un acte militant avec ce qu’il faut de slogans, de cœurs enflammés sur des sons gonflés de pédales d’effets vrombissants.  On pense autant à Civil Civic musicalement qu’à Seconde Chambre ou WC3 dans le texte.
‘Dernière Sommation’, ‘Tu Lis Dans Mes Pensées’ ou ‘Terrain Vague’ sont des uppercuts qui redéfinissent le style post punk pourtant usiné ces dernières années. La voix se démarque par une diction et un phrasé particulier – mais vraiment attachants –  qui donnent de la puissance aux textes, qui abordent des thèmes réjouissants comme la dépression, la différence, le suicide mais aussi l’amour.
La production maîtrisée de leur premier album Hors Jeu rend honneur au bordel ambiant et nous entraîne dans un tourbillon de sons et d’émotions. ‘Attend La Nuit’, ‘Récidive’ et ‘Concrète’ laissent entrevoir la lumière grâce à des nappes synthétiques qui renforcent l’atmosphère plombante. Le duo batterie-voix et guitare-voix originaire de Tulle n’ont pas oublié d’y coller une basse ombrageuse et des arrangements spectraux.
Hinin en japonais se veut une description de personnes considérées comme les déchets de la société. On en tremble et on aime ça.

Mathieu M.