Herman Dune « Strange Moosic » (Strange Moosic)

Herman Dune Strange Music
Finies les excursions indigestes façon mariachi entamées dans Giant et poursuivies dans Next Year In Zion. Herman Dune revient vers des valeurs sûres. Entendons ici, les racines folks et surtout pop qui les ont fait connaître dans les premiers albums. Bien sûr, ils sont loin de leur son rugueux et lo-fi de leurs débuts. Leur musique a évolué vers un son plus propre. Mais dès les premières secondes, on sent qu’Herman Dune revient à des fondamentaux. Strange Moosic porte mal son nom. Pas de musique étrange dans ce disque qui est peut-être le plus américain de leur discographie. L’écriture de David-Ivar et Neman, épaulés entre autre par Ben Pleng (ex Cyann and Ben, Yéti Lane), Jack Lewis (frère de Jeffrey), convoque sur les mêmes bancs d’école Jonathan Richman, Velvet Underground (Your Love Is Gold) et même la country music(In The Long Long Run). Le talent de raconteur d’histoire est toujours aussi présent dans les paroles de David-Ivar. Il arrive toujours aussi merveilleusement bien à apporter son auditoire dans ses petites fresques de la vie. Le dixième album d’Herman Dune, et premier de leur toute nouvelle structure Strange Moosic, réussit à faire oublier les déceptions éprouvées lors des deux précédents albums. On n’attendait naturellement pas moins de ces "presque amis" qui nous accompagnent depuis maintenant plus de dix ans.  

Site / Myspace