Halasan Bazar :: Burns

Un groupe danois mené par un Norvégien qui sort son disque sur un label français. Voici l’Europe que l’on aime, celle qui sait unir les forces motrices et partager le bonheur des rencontres qu’elle procure. Et lorsque le dudit groupe lorgne du côté des mélodies ensoleillées de la Californie, on ne boude pas notre plaisir pour dire que l’on tient probablement là notre album de l’été.
Cet album, c’est Burns d’Halasan Bazar. Troisième disque du groupe mené par le fantasque Fredrick Rollum Eckhoff et le second sur la très respectable structure Requiem Pour Un Twister (le label Parisien avait réédité How To Be Ever Happy en 2014).
Légèrement freak avec un esprit cramé comme il se doit, les membres d’Halasan Bazar délivrent un folk pastoral avec tout ce qu’il faut de psychédélisme pour que l’on se sente en terrain, certes, connu, mais ô combien fertile en paix et amour.
Enregistrée dans les montagnes du Massif-Central, la musique évoque les souvenirs d’un âge d’or sixties. Une époque où Byrds, Love et autre Beach Boys faisaient la pluie et surtout le beau temps sur la musique américaine. Tout ici sent bon la pop iodée et solaire. L’écriture y est subtile et intemporelle.  Les harmonies vocales s’échouent dans nos oreilles comme des vagues sur une plage au soleil couchant. Halasan Bazar maîtrise à la perfection son sujet. Alors que bien trop souvent chez les autres groupes, on devine la posture, c’est l’honnêteté du propos que l’on ressent chez Halasan Bazar. L’un des profonds regrets de Fredrick Rollum Eckhoff est très certainement de ne pas avoir vécu cette période idyllique des sixties où tout était à défricher. La magie de cet élégant disque anachronique c’est qu’il réussit à nous embarquer et nous faire aussi ressentir les mêmes sentiments.

Damien