Gilles Poizat « Micro-vertige et l’expérience du flottement »

Gilles poizat
Une thèse en écologie statistique, des recherches sur la démographie des poissons en Camargue. Rien ne prédestinait Gilles Poizat à la musique jusqu’à des études de trompette classique et un service militaire effectué en tant que coopérant en Guinée où il rencontre le joueur de Kora Ba Cissoko. Tout deux forment le groupe Tamalalou et connaissent quelques succès dans le milieu. Mais c’est loin de la world music que Gilles Poizat sort son premier album solo sur le label Carton. A l’image de la pochette aux accents psychédéliques regroupant les treize morceaux de Micro-vertige et l'expérience du flottement, c’est dans un univers proche de la scène de canterbury des 70’s  que Gilles Poizat explore ses nouveaux horizons mélodiques. Grâce à une pop bancale et des comptines folks, seul accompagné de sa guitare, Gilles Poizat nous emmène dans son monde de folie ordinaire (Parasite). Tel un barde pop chantant en français et en anglais, Gilles Poizat arrive à se faire assimiler à Syd Barrett (Proper Dance), Robert Wyatt (Zissou) et Kevin Ayers (Question). Objet sonore non identifiable, Gilles Poizat a surtout sa propre personnalité dans une scène française en mal d’excentricité. Seul peut-être, et dans un tout autre registre, Antoine Loyer pourrait faire figure de principal concurrent.

Site