Gilles Peterson lance Arc Records

Hier, Gilles Peterson annonçait sur son profil facebook la création d’Arc Records, un label essentiellement destiné à la réédition d’albums oubliés. Connaissant le goût de l’anglais pour les musiques cosmopolites et généreuses, on ne pouvait qu’être transi d’impatience à l’annonce du premier album réédité.
C’est finalement aujourd’hui que nous apprenons que c’est l’album Quinto Sol – Musica Infinita du batteur mexicain Tino Contreras qui sera la première référence d’Arc Records.
Quinto Sol – Musica Infinita est un album de jazz expérimental et psychédélique, paru en pressage très privé en 1978 sur le label Centro De La Cultura Pre-Americana, A.C..
Tino Contreras a publié pas moins que 47 albums en soixante ans de carrière. Il commence à jouer de la batterie à l’âge de 8 ans. Durant les années 40, il forme avec son frère l’orchestre « Los Cadetes del Swing ». Durant cette même décennie, il  accompagne de nombreux chanteurs comme María Victoria , Pedro Infante , Tin Tan…
Au début des années 50, il intègre le prestigieux orchestre de Luis Arcaraz avec qui il fera des tournées à Cuba, au Venezuela, en Colombie, au Panama, au Costa Rica et en République Dominicaine. A la même époque, il intervient dans le domaine du cinéma compositeur de musique de films.
C’est en 1954 qu’il connait sa plus grande révélation. Il participe à l’album Jazz en México paru sur le label Orfeón. Depuis cette date, il ne cesse d’écrire les bases du jazz mexicain. Parmi ses productions les plus importantes figurent Volado por los Merengues (1953), Jazz Ballet (1963), Misa in Jazz (1966), Tropical Jazz (1962), Jazz Flamenco (1966), Jazz Mariachi (1974), et Quinto Sol – Musica Infinita  (1978) réédité pour la première fois en janvier prochain.

A l’occasion de cette annonce, on s’écoute Sinfonia Del Quinto Sol