G.Lolli :: Chiaroscuro

Deux années après Cappire Il Mistero, G. Lolli signe son retour avec Chiaroscuro. Nouvel épisode de sa trilogie musicale hommage à ses aïeux venus d’Italie et clin d’œil non dissimulé pour une nation les plus créatives en matière de musique d’illustration, les noms de Piero Umiliani, Alessandro Alessandroni ou encore Ennio Morricone en sont de parfaits exemples.
Vous l’aurez compris, c’est une fois encore dans un registre proche du cinéma Italien des années 1970 et de la Library Music que celui qu’on a connu avant tout sous le blaze de Doc Geo est de retour. Et même si l’artiste avoue lui-même ne pas être un expert en la matière, force est de constater que la quasi-totalité des productions de ce nouvel album sonnent déjà comme des classiques du genre. Certes, des titres tels que l’expérimental « Cometa E Stelle Cadenti » ou encore le très dub « Dolce Dormire » peuvent surprendre de par leur décalage avec l’ambiance générale de l’album, mais l’univers musical cinématographique étant sans limite, le messin ne s’est pas fait prier pour les dépasser. Une totale liberté d’action qui d’ailleurs semble être aujourd’hui indispensable au fantaisiste Lolli tant ses sorties s’apparentent plus, au fil du temps, à des aventures expérimentales qu’à des albums au format classique et constant.
Continuant tranquillement son petit bonhomme de chemin l’insatiable touche à tout Messin joue une nouvelle fois crânement sa chance dans un registre musicale ayant connu son âge d’or au siècle dernier. Certes l’artiste à son style, mais il y a fort à penser que les amateurs du genre sauront apprécier ce nouvel LP à sa juste valeur.

O.