Frank Rabeyrolles  » #8 « 

Franck rabeyrolles #8
Depuis plusieurs années, le label de Frank Rabeyrolles,
Wool Recordings, est un remarquable endroit où règne une certaine idée d’une
haute couture musicale malheureusement bien trop confidentielle. Après les
sorties d’albums de Laëtitia Sadier (ex Stereolab), de Giant Claw et des
compilations plus qu’estimables, le Montpelliérain s’offre une nouvelle fois
quelques escapades électroniques en solitaire. Auteur l’année dernière d’un
très bel album sous l’alias Franklin (Artificial
Light
), c’est sous son état civil que Frank Rabeyrolles nous gratifie d’un
huitième effort logiquement nommé #8.

Avancé sous son vrai nom, c’est probablement pour Frank
Rabeyrolles une manière de se dévoiler. De montrer ce qu’il est vraiment :
une personne riche et sensible, une des plus intéressantes de l’electronica
française.

Que ceux qui cherchent dans #8 des tubes aussi efficaces que The Ah Ah Theory ou Zenith
soient prévenus; Frank Rabeyrolles, qu’il soit sous n’importe quel
pseudonyme (Double U, Franklin…), aime faire avancer sa musique. Ils ne
trouveront pas nécessairement ce qu’ils ont connu dans les essais précédents,
car ici, Frank Rabeyrolles réussit à éviter l’écueil des comparaisons
maladroites (citons par hasard celles avec Joseph Mount) et dévoile surtout son
intime en se passant de tous les artifices superficiels.

Sans doute pas assez enjoué pour ceux qui aimaient le côté
dansant d’Artificial Light, #8 illumine plutôt par la richesse des
paysages visités. Le qualificatif de paysagiste sonore sied à merveille à cet
électron libre et solitaire. De cette electronica pétrie d’univers ouaté fait
d’imbrications et de superpositions synthétiques jaillit enfin la véritable identité
d’un artiste inclassable.

Site

Franck rabeyrolles