Florian Mona « Les Héroïnes »

Florian-Mona-Les-Heroines
En fin d’année dernière, et comme une bouteille à la mer jetée
dans l’immensité de la toile, Florian Mona avait envoyé à qui voulait
l’entendre un message sous forme d’un premier EP qui mettait en lumière ses
envies de prendre Le Large par
rapport à son passé discographique. Une fuite en avant ? Plutôt un revirement
artistique très éloigné de son premier album éponyme aux accents pop folk
appliqué et réservé. C’est certainement un manque de reconnaissance qui a
poussé le Rennais à se remettre en question de la sorte et qui lui a donné
envie de revenir vers des ambiances moins feutrées, plus incisives, plus noisy
et surtout plus synthétiques. Pour ce nouvel album très justement intitulé Les
Héroïnes
, Florian Mona se transforme en dandy gainsbourgien dont la seule
raison de vivre serait les femmes. « La
beauté est la seule vengeance des femmes
» disait l’homme à tête de chou. À
son tour, Florian Mona rend hommage aux femmes et à leur beauté nostalgique
dans Beauté Sixties (Jane
Birkin ? Marilyn Monroe ?), mais aussi à la beauté magnétique et vénéneuse
de Chicago May. On pense à Daho et à
Taxi Girl pour les ambiances, soit une musique pop où les nappes synthétiques
s’enchevêtrent avec les guitares new wave. Adoubé par Dominique A (avec lequel
il est question d’une collaboration à venir), Florian Mona épate avec ses
ballades anglo-saxonnes pleines d’élégance et sa poésie venue de la chanson
française. En jeune homme moderne, Florian Mona s’installe officiellement dans
le paysage musical français avec la classe et l’envergure de ses aînés grâce à
l’amour de ses Héroïnes.

Site