First Aid Kit – Stay Gold

 

First Aid Kit« I’m tired of looking for answers, take me some place where there is music and there is laughter. »

Bienvenue dans le nouvel album des petites sœurs suédoises de First Aid Kit, ne cherchez plus, de la jolie musique et des sourires, vous allez en avoir. J’avoue que depuis The Lion’s Roar, leur deuxième album sorti en 2012, avec le magnifique morceau du même nom, je l’attendais avec impatiente, la suite… Parce que c’était déjà incroyable, d’écrire à cet âge là, elles avaient 19 et 22 ans à l’époque, des chansons d’une folk aussi pure et puissante. Ok, aligner quelques accords et poser un texte post ado dessus, c’est pas bien compliqué, mais les filles ont des voix qui emportent et leurs textes simples et poétiques sont posés sur de superbes mélodies. Un peu tout ce que j’attends moi, d’un bon morceau folk.Le mois dernier, j’ai donc été comblée!

Stay Gold démarre sur un fil d’argent, The Silver Lining, couleur pop, entraînant d’emblée vers un road movie ensoleillé à travers les grands paysages américains, dessiné par l’orchestration cordes. Parce que le tout, c’est (comment) avancer,  » I don’t know if I’m scared of dying but I’m scared of living too fast, too slow – Regret, remorse, hold on, oh no I’ve got to go« , on prend cette main tendue et on embarque dans cet album sur ce message d’espoir envoûtant, « I keep on keeping on« . On continue le voyage plus léger avec Master Pretender, pour arriver à Stay Gold, titre qui donne son nom à l’album, et qui transforme le fil d’argent en or. Belle ballade comme les jolies filles aux fleurs dans les cheveux savent si bien les faire, refrain résonnant, deuxième titre phare de l’album. On continue sur Cedar Lane, plus folk traditionnelle, on passe à côté de Nashville, son guitare country, scène en bois et chapeau de cowboy. Dolly Parton ne doit pas être bien loin… on poursuit la route avec Shatterred Hollow « We gonna get out of here, run from all the fears » et on y reste définitivement avec la ballade en trois temps The Bell, puisque cette Amérique profonde nous va si bien « I’m not coming home ». On pourrait aussi être Daisy la serveuse de The Waitress Song, qui comme nous est sur la route « It’s a dark, twisted road we are on – And we are to walk it alone« … Et on s’envole un peu pour Fleeting One, tout doux dans un ciel bleu avec de jolis nuages blancs, on sait décidément que l’on ne se fixera nulle part. Heaven Knows que la country est aussi notre religion et notre joie de vivre. On clôture avec une vieille histoire, c’était A Long Time Ago, un peu le petit moment coup de blues de l’album, mais qu’on prend comme un break sur la route, la falaise sur laquelle on s’assoit pour regarder au loin les rocs, on pose, au dessus de la vallée, pour repartir, souriant.

Johanna et Klara poursuivent leur chemin et si leurs morceaux sont des quêtes d’impressions et de la vie qui va de l’avant, moi je veux bien les suivre, encore et encore. Une écriture jeune qui correspond bien à leurs compositions, de plus en plus abouties, plus orchestrées et plus colorées pop que précédemment, ce qui ensoleille l’album. Si donc cet été vous avez besoin de soleil ou d’un peu de poussière d’or, n’hésitez pas, c’est lumineux à souhait. Merci les filles, stay gold.

Ja Fa

Son

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.