El Botcho :: Three Is A Tragic Number

El Botcho Three is a Tragic Number chronique

Cessons de rêver à la West Coast psyché scene, Toulon c’est du pareil au même. Originaire de cette ville, le groupe El Botcho prouve, avec ce nouvel album, que leur folk pop psychédélique n’a rien à envier à cette scène californienne si réputée.
Les 7 titres de Three is a Tragic Number sont autant de tubes qu’on imagine en rotation sur Bay Aera Radio de San Francisco. Leader-compositeur du groupe, et accessoirement boss du label Toolong Records, Alex Telliez-Moreni sait composer, chanter et s’entourer d’amis musiciens parfaitement raccords.

Avec aisance, le quartet distille une vision moderne et catchy d’une pop radieuse, portée par un son chaud et parfait. Contrairement aux groupes actuels psyché de la Côte Ouest — White Fences, Growlers et consort —, nos toulonnais ne salopent pas leur compositions à coup de fuzz inutiles et d’effets tapageurs.

Orfèvres d’une pop folk légèrement garage, ils débrident les guitares quand il le faut et jettent enfin ce pont, tant fantasmé, entre le San Francisco des sixties et le Glasgow des nineties.
Inspiré et mûr, le chant d’Alex Telliez déniche les mélodies que l’on ne cessera de fredonner. On l’imagine naturellement écouter les bons disques, des Byrds à Beck (dont il est fan absolu), en passant par REM et sans oublier Brian Johnston Massacre. Laid-Back, les compositions débordent de « cool attitude » et invitent à cette douceur de vivre méridionale tant chérie. La B.O rêvée de nos vacances d’été ?

Mathieu