Doves :: The Universal Want

Voici le retour d’un groupe dont on n’attendait rien. Doves retrouve le chemin des studios mais était-ce vraiment utile ?
Les anglais s’étaient fait remarqués durant la première décennie des années 2000 avec quatre albums allant du meilleur jusqu’au pire au fil des années. À ce jour, leur premier album, Lost Souls, reste leur chef d’œuvre et, Kingdom Of Rust, le pire. Depuis, 10 ans se sont écoulés et à l’écoute de The Universal Want, on ne peut pas dire que les choses se sont arrangées. Pour plagier le titre de leur premier album, on peut dire que Doves a définitivement perdu son âme. Il n’y a plus rien de la splendeur des débuts. On s’accorde à dire qu’un groupe se doit d’évoluer musicalement et artistiquement mais pas lorsqu’il singe l’un des pires groupes pop actuels, à savoir Coldplay. On s’attend même à écouter une collaboration avec l’affreux Chris Martin. La majorité des titres est lisse même si la production est gonflée à bloc et taillée pour jouer dans les stades. Il n’y a vraiment rien à sauver dans ces 11 titres hormis le pont légèrement psychédélique de ‘For Tomorrow’ et le titre ‘Cycle Of Hurt’ qui rappelle les débuts glorieux. Le reste est à l’avenant. Refrains fédérateurs, mélodies mielleuses qui rentrent par une oreille et sortent directement par l’autre. Doves a perdu son identité indie au profit du mainstream qui rapporte. Ce n’était vraiment pas la peine de revenir. On préfère ressortir notre vieux cd de Lost Souls.
Damien