Dirty Work of Soul Brothers – Electric Working

dwosb

Peut-on parler de Power Trio pour une formule batterie/clavier ?

Wikipedia est pourtant très clair sur le sujet, un power trio c’est guitare/basse/batterie un point c’est tout ! Les synthétiseurs et autres instruments à fillettes ne font clairement pas partis de ce type de formation. Pourtant si je pose la question ce soir c’est que celle-ci mérite d’être posée depuis la sortie d’Electric Working, le premier album des imprononçables Dirty Works of Soul Brothers.

Dirty Works of Soul Brothers, c’est trois musiciens Nancéiens ayant troqués guitares contre claviers et qui aujourd’hui se servent de ces même claviers pour sonner comme des guitares. Rythmé par une batterie puissante, le résultat  est plus testostéroné qu’une boisson énergétique, un peu comme si John Lord de Deep Purple avait collaboré avec le MC5.

Avec des titres tels que Mad Men, Head ou encore Maybe Baby qui devraient ravir les amateurs de musique musclée, Electric Working  traverse votre tête d’une oreille à l’autre sans jamais faiblir. Onze titres rock dans le sens strict du terme et une savoureuse envie de reviens-y au fur et à mesure que les 40 minutes de l’album s’égrainent. Les fans de la première heure apprécieront sans aucun doute le joli lifting de Down, sorti il y a déjà 2 ans, quand à Drop Dead Georgous, que dire ? Seul titre chanté en Français et on ne peut que s’émerveiller par l’érotisme très Gainsbarre qui s’en dégage confirmant que la musique proposée par les Dirty Work of Soul Brothers c’est plutôt des chansons d’Hommes.

Arrêtons 5 minutes de croire un peu à tout ce qui est écrit sur internet, Dirty Work of Soul Brothers  n’est peut être pas un power trio à proprement dit mais dans l’esprit et l’énergie le groupe s’impose comme tel.

Are you Soul brothers ? Yes i am !

O.

: