Dead Gaze « Dead Gaze »

Dead Gaze pochette frontcover
Lorsque l’on vit dans un trou perdu au fin fond des Etats-Unis, la seule chose à faire est de travailler dans le rade du coin ou alors faire fuir ses vieux démons à travers la musique. R. Cole Furlow a choisi la seconde solution avec son projet Dead Gaze. Après avoir lâché sur la blogosphère à qui voulait l’entendre, des pépites lo-fi d’un autre monde, c’est au tour des labels français La Station Radar et de l’Atelier Ciseaux d’avoir les honneurs de sortir un EP limité à seulement 300 copies. A l’image de l’artwork réalisé par Jheri Evans et Fleur, la musique de Dead Gaze résulte de collages sonores DIY influencée en grande partie par son Mississippi natal. Dès le départ, Somewhere else invite à un horizon ouaté perdu quelque part entre une ambiance psychédélique et un songwriting, renvoyant aux calendes grecques tout le travail de Bradford Cox avec son projet Atlas Sound. La suite n’est pas en reste avec l’instrumental au titre énigmatique ENZ (déjà entendu dans l’album Small Lava (2009)) qui est une véritable plongée subaquatique dans les profondeurs symphoniques de Glenn Branca. Fishing With Robert, dernier morceau de l’EP, est déjà plus « conventionnel » dans le sens où il se rapproche dans l’écriture de Take Me Home Or I Die Alone paru dans un précédent EP éponyme. Si l’on vous dit que Dead Gaze est le nouveau petit prince du lo-fi, croyez-le et ouvrez grandes vos oreilles car seulement trois morceaux limités à 300 copies rendront Dead Gaze aussi rare et précieux qu’un diamant brut.

Myspace / La Station Radar / Atelier Ciseaux

Dead gaze

1 comment for “Dead Gaze « Dead Gaze »

Comments are closed.