Dead Gaze « Brain Holiday »

Dead-gaze-brain-holiday-940x940

Peu après la sortie de l’EP Fishing With Robert, à la question « Quelles influences mélanges-tu dans tes chansons«  , Colin Furlow avait répondu  « J’essaie de penser à ce que les autres voudraient entendre et je traduis cela en une chanson, à ma manière. Je me focalise sur le côté pop des choses. » C’est chose faite avec Brain Holiday. Révélés grâce à plusieurs EP sortis sur des structures plus respectables les unes que les autres (Atelier Ciseaux, Mirror Universe Tape, Clan Destine Records…), Cole Furlow et son double Dead Gaze reviennent avec un album qui leur permet de quitter leur chambre d’ado pour une chambre qui ressemble plus à celle d’un étudiant émancipé. Finis les bricolages et les expérimentations gazeuses inspirées par l’esprit lo-fi  de R. Stevie Moore. Le natif du Mississippi s’est offert un enregistrement dans un vrai studio. Cela s’entend dès les entrées en matières Yuppies Are Flowers et Rowdy Jungle qui bouleversent un peu nos habitudes. Plus habitué à entendre des titres tout droit sortis d’un cerveau torturé, ce sont clairement des morceaux plus directs rappelant pour l’occasion Weezer ou encore les Pixies qui nous est donné d’écouter. A lui seul, le bien nommé « A Different Way » symbolise la mue spectaculaire de Dead Gaze. Tout en fuzz. Frontal mais jamais bas du front. Dead Gaze ressemble maintenant à un vrai groupe et non plus à un projet solo. Reste à savoir si Colin Furlow n’a pas vendu son âme au diable en entrant dans ce studio. Choisir entre l’authenticité lo-fi des débuts et la clarté de ses nouveaux enregistrements, le choix est cornélien. Désormais, il y aura un Dead Gaze à écouter pour mettre son cerveau en vacances (Brain Holiday) et un autre pour le faire travailler (Tous les premiers EP).

Site