Daniel J White :: Le Lac Des Morts Vivants

Coup double pour Specific Recordings Bis et The Omega Productions Records qui ressuscitent la bande originale totalement oubliée du Lac Des Morts Vivants et font ressortir des ténèbres son incroyable compositeur Daniel J White.

Connu des amateurs de vinyles pour tous ses disques de library music parues aux Éditions Montparnasse 2000, White a aussi composé le titre J’suis Mordu (1960) pour Johnny Hallyday ou encore C’Est Toujours La Même Histoire d’Edith Piaf. Mais le grand public, lui, le connaît plus pour son générique de la série télévisée Belle et Sébastien qui faisait la joie des enfants dans les années 60.

Daniel White a aussi été compositeur de musique de film. Dans cette catégorie, le compositeur français d’origine écossaise a été plus que prolifique. On dénombre près de 130 bandes originales composées. D’après la légende, White enregistrait 12 titres en une seule journée. Il commence en 1950 avec la B.O du film Ademaï au poteau frontière de Paul Colline et compose jusqu’à sa mort en 1997.

Ce génial stakhanoviste a essentiellement composé des B.O pour des films de série Z au titre plus qu’évocateur : Les Maîtresses du Docteur Jekyll (1974), Les Expériences érotiques de Frankenstein (1972), Helga, la louve de Stilberg (1977). Des films passés totalement inaperçus à l’époque et devenus aujourd’hui des films cultes pour tous les amateurs de nanars. Ne parlons même pas de leur bande originale qui ne sont, jusqu’à ce jour, sorties sur aucun support physique.

Heureusement, Specific Recordings, avec sa toute nouvelle structure Specific Recordings Bis consacrée aux B.O obscures de films français, nous propose de (re)découvrir la musique de l’un de ces films cultissimement  nuls, à savoir le film d’horreur franco-espagnol co réalisé par Julian de Laserna et Jean Rollin Le Lac des morts vivants (1981).

Dans cette bande originale insolite pour film ovniesque, Daniel White sort les violons et montre son amour pour Debussy et Ravel sur la mise en son des scènes d’amour. Il s’essaie au jazz easy-listening pour ouvrir le film et s’approche de la musique concrète pour illustrer les scènes d’attaques de zombies. Daniel White savait tout faire. Et comme tout bon compositeur de musique de film, White savait surtout mettre des images sur des sons alors qu’on lui demandait le contraire.

Un auteur compositeur de talent à (re)découvrir en format vinyle chez Specific Recordings Bis et en cd chez The Omega Productions Records.

Pré-commande vinyle

Pré-commande cd

Damien