Cyclorama :: S/T

Kevin Shields aurait dit un jour “Je ne voulais être ni un milliardaire, ni une rock-star, mais une influence.” C’est peu dire que l’écossais avait vu juste avec cette parole.
Depuis la parution de l’incunable Loveless, il nous a été donné d’entendre de nombreux groupes s’inspirant de ce que Kevin Shields a eu du mal à sortir de son cerveau embrumé. De M83 à Beach House en passant par Dead Horse One, on visualise les vapeurs fushias de ce sommet du catalogue Creation chez de nombreux groupes et dans de nombreux albums.
Mais, si il y a bien un artiste qui a tout compris à la musique de My Bloody Valentine sans vraiment être un moine copiste de bas étage, c’est le luxembourgeois Sébastien Laas, auteur de plusieurs albums soniques sous l’alias Cyclorama. Avec Astral Bender, paru en 2015 sur la structure messine Chez Kito Kat Records, le luxembourgeois nous avait déjà mis la puce à l’oreille quant à sa facilité à composer de belles mélopées soniques. Ce second album sans titre confirme tout l’espoir que l’on mettait sur cette formation à une seule tête.
Le presskit ne nous dit pas si Sébastien Laas a autant souffert que son mentor pour accoucher du successeur d’Astral Bender. Mais il lui a fallu autant de temps pour composer ce petit joyau shoegaze. Deux années pour peindre sur un mur du son des nouvelles mélodies solaires à grands coups d’effets de manches de guitares. Album essentiellement instrumental, ce sont les nappes sonores qui chantent ici. Elles nous enveloppent dans un cocon rempli d’ondes liquides qui brouillent les pistes. Heureusement que la batterie est là pour nous guider et donner quelques particularités à ce maelstrom magmatique. Mötörik sur « Stargazer », vaguement new wave sur « Concrete Peace », lumineuse sur « Bright Shiny Morning », la batterie est devenue un élément aussi important que les nappes sonores dans la musique de Cyclorama. Une musique qui évolue dans un bruit blanc très référencé mais dont Sébastien Laas arrive à s’échapper grâce à des touches personnelles bien senties.

Damien