Cranes Records, label à suivre

Cranes RecordsLe label Cranes Records n’a pas encore un an d’existence et fait déjà parti de ces structures dont il faut observer le moindre fait et geste. Rassembleur de groupes aussi efficaces (Dead Horse One, The Dead Mantra) que passionnant (Seventeen At This Time), Cranes Records tente de placer sur la cartographie pop la bonne vieille ville du Mans sur les mêmes latitudes qu’East Kilbride, qu’Oxford ou Liverpool. Héritiers d’un certain âge d’or de la pop british allant du label Creation à Factory Records, les deux membres du label ont la noblesse de penser que la bonne musique ne vaut que si elle est soignée aussi bien dans son fond (pop, shoegaze, post-punk…) que dans sa forme (uniquement des sorties vinyles).

Intriguant et  revigorant, Ground Control To Major Tom a voulu en savoir plus et a donc posé quelques questions à ce tout nouveau label qui risque fort de souffler un bon coup de vent frais dans une France cherchant encore et toujours son propre Loveless, Nowhere et Movement.

 

Site

 

Cranes Records est un tout nouveau label qui n’a pas encore un an d’existence. Qui se cache derrière et comment est né le projet ?

Nous tirons tour à tour les ficelles de ce projet, toute participation « extérieure » est à chaque fois acceptée à bras ouverts (les groupes participent aussi, et toujours de plein gré, souvent de manière spontanée). Le projet est né suite à une envie profondément artistique, notre but premier restant encore assez flou au delà d’une démarche progressiste. Cependant, chaque nouveaux éléments qui viennent s’intégrer sont des actes réfléchis pour une cohérence qui évolue de jour en jour.

Un an d’existence et déjà quelques beaux articles sur le label et les groupes qui le composent (Gonzai…). Comment expliquez-vous cette rapide reconnaissance ?

C’est un peu comme votre approche aujourd’hui, certaines personnes disent aimer ce qu’on fait, et on arrive comme une fleur sur quelque chose qui pourrait peut être ne pas durer. C’est un enchaînement bien heureux motivé par nos proches, chacun entraînant Cranes Records vers le haut. Cela se fait par réseaux d’amis, la plupart du temps. C’est la meilleure des façons pour commencer.


Seventeen At This Time ‎– Everything I touch goes wrong

Quelles relations entretenez-vous avec
les groupes ?

Des relations d’amis, non pas que nous prônions une idéologie de commerce
amical, mais parce qu’ils nous apportent à peu près tout ce dont nous avons
besoin pour ne jamais décrocher. Nous respectons ainsi leur démarche artistique,
et nous essayons de les guider dans leurs projets.

Vous venez de sortir un split de The
Dead Mantra et Dead Horse One, vous pouvez nous en dire un peu plus ?

Nous avons d’abord voulu sortir un single pour The Dead Mantra. S’en est suivi,
pendant l’enregistrement du single, la découverte de Dead Horse One. Les deux
groupes concernés ont finalement les mêmes influences mais des univers
distincts. Après avoir soumis l’idée aux deux groupes de s’allier dans un
projet de force, le tout s’est fait en un mois !
Quelles relations entretenez-vous avec les groupes ?

Des relations d’amis, non pas que nous prônions une idéologie de commerce amical, mais parce qu’ils nous apportent à peu près tout ce dont nous avons besoin pour ne jamais décrocher. Nous respectons ainsi leur démarche artistique, et nous essayons de les guider dans leurs projets.

Vous allez rééditer The Silver Album de The December Sound. Comment en avez-vous eu l’idée ?

Les Dead Mantra sont depuis longtemps de grands amateurs des December Sound, c’est eux qui nous ont soumis un jour l’idée de rééditer le Silver Album. C’est aussi un de nos albums cultes, alors au début, c’etait plus un petit rêve qu’une idée. Ils ont accepté très vite, souhaitant sortir sur un jeune et petit label comme le nôtre. C’est donc un honneur, et nous serons toujours étonnés de leur modestie.

Pourquoi ce choix de sortir essentiellement des vinyles ?

Notre démarche est une démarche de qualité, nous défendons la qualité plastique du vinyle.

Quel est l’avenir à court, moyen et long terme pour le label ?

A court terme, rentrer dans nos frais. Pour les sorties, un EP de Dead Horse One à la fin de l’année, ainsi que l’album de Seventeen At This Time. L’année prochaine, l’album de The Dead Mantra.

Si vous aviez le choix entre rééditer ou sortir l’album d’un groupe de Creation ou Factory Records, quel serait votre choix ?

Les albums de Factory sont déjà assez réédités. On pourrait rééditer certains disques, pour parer aux spéculations d’aujourd’hui, mais ce n’est pas dans nos projets.

Cranes Records