Chronique : Jan Dark : Charting Darker Waters

Jan Dark – Charting Darker Waters – Selectown
Trop longtemps au service des autres, le producteur d’origine allemande Jan Dark sort « Charting Darker Waters » son premier album, véritable machine à danser (mais pas seulement).
Sans jamais perdre de vue une écriture pop efficace où aucune note n’est là par hasard, la musique de Jan Dark reste pour le moins inclassable. 
On aime les envolées vocales proche de Prince sur « Disowner of my heart » et ce brin de folie « Funky » qui fait d’un titre tel que « I Caught You » un véritable tube au refrain plus qu’addictif.
Fort des nappes de synthés tapageurs et de beat tonitruants « 50,000 Disco Queens » ou « The sun never goes down » résonnent comme de puissants hymnes électros réussis alors que les intimistes « Folded and Finished » et « Spiraling » démontrent un talent d’écriture certain. Mention spéciale au très réussi « Bitter » tout en retenue qui vous tirerait presque la larme à l’œil. 
Sorti de nulle part, « Charting Darker Waters » est la bonne surprise de ce début de printemps. Véritable ovni pop,  Jan Dark prouve qu’il sait tout faire (et plutôt bien). Champagne !

O.

Electrophone Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.