Christophe Deniau « Lorsqu’il n’est pas en phase de création, il se sent mal »

Alors que l’on pensait tous que la mort accidentelle de son fils allait mettre un terme à sa carrière,  Nick Cave a su se relever grâce à l’écriture. Cette écriture à la fois sombre et poétique qui l’a maintes fois sauvée tout au long de sa vie. Depuis cette date tragique, l’Australien a sorti l’album Skeleton Tree, et composé quatre bandes originales de film. Nick Cave ne sait pas vivre sans écrire. Il ne sait surtout pas rester tranquille même après un événement qui aurait détruit n’importe lequel d’entre nous. Christophe Deniau l’a bien compris en nommant la première biographie française du leader des Bad Seeds « Nick Cave, L’intranquille« . À l’heure où paraît le live Distant Sky – Live in Copenhagen, on a posé quelques questions à Christophe Deniau afin de connaître son rapport avec la musique de l’auteur, compositeur, interprète, écrivain et poète Nick Cave.

Quelle a été votre porte d’entrée à l’univers de Nick Cave ?

J’ai tout d’abord acheté Your Funeral… My Trial. J’avais beaucoup aimé  Les Ailes du Désir de Wim Wenders dans lequel Nick Cave fait une apparition marquante. J’ai ensuite vu le groupe sur scène au Printemps de Bourges en 1989 en première partie des Pogues. J’avais été très impressionné par la prestation de Nick Cave.

Quels ont été vos motivations pour l’écriture de cette biographie ?

Je suis la carrière de Nick Cave depuis 25 ans et il s’agit de l’un mes artistes préférés. J’avais décroché au début des années 2000, puis Nick Cave s’est réinventé avec Grinderman et avec ses derniers albums. J’avais écrit plusieurs livres autour  de la musique. Le sujet s’est imposé de lui-même lorsque je me suis aperçu qu’il n’y avait pas de biographie récente en anglais et aucune en français.

Quel a été votre mode de travail pour écrire la biographie ? J’ai vu que vous avez fait le choix de ne pas contacter directement Nick Cave ?

Le travail de biographie débute toujours par la recherche et la compilation d’informations. En faisant cela, je me suis aperçu qu’une biographie de Nick Cave, qui semblait avoir eu l’assentiment du chanteur, était en cours de rédaction par Mark Mordue, un journaliste australien. Celle-ci avait du mal à voir le jour puisqu’elle a été annoncée pour 2012, puis pour 2017.  Il me paraissait difficile de solliciter Nick Cave sur un second ouvrage, alors que ce premier était en préparation. Je me suis donc basé sur les interviews que Nick Cave avait pu distiller au fil des années, ainsi que sur l’ouvrage de Ian Johnston, paru en 1995.

Pourquoi l’Intranquille ?

Ce titre fait référence au livre de Pessoa, Le livre de l’intranquillité, un livre ou le narrateur fait état de son désenchantement du monde et de la vie en général, un livre qui affirme que la vie n’est rien si l’art ne vient lui donner un sens. Et c’est exactement ce que Nick Cave avance lorsqu’on l’interroge. A savoir que tout ce qui le mène c’est la création. Lorsqu’il n’est pas en phase de création, il se sent mal.

Vous vous attardez moins sur les dernières années de sa carrière. Est-ce que Nick Cave est plus discret sur sa vie privée et ne se livre plus aussi facilement qu’avant ?

Sa vie privée est plus « rangée » depuis son mariage et son installation à Brighton. Celui-ci avait rencontré des déboires avec certains journalistes. Ce qui  l’a amené à tenter de mieux maîtriser sa communication

Peut-on dire que PJ Harvey a été l’une de ces compagnes les plus importantes dans sa vie alors qu’ils n’ont vécu ensemble que très peu de temps ?

La femme de sa vie est Susie Bick, avec lequel il est marié. C’est ce qu’il explique très bien dans 20 000 jours sur terre, lorsqu’il représente cette dernière comme l’incarnation de toutes les femmes et de ce qu’il a toujours recherché chez une femme. Sa relation avec PJ Harvey a certainement été une relation très forte, mais elle correspond à un bref moment de son existence. Elle a surtout permis la création de superbes chansons et la parution d’un excellent album avec The Boatman’s Call

Personnellement, je trouve que l’arrivée de Warren Ellis a aseptisé la musique de Nick Cave.  Et pourtant l’arrivée de l’ex Dirty Three coïncide avec la reconnaissance accrue du grand public pour la musique de Nick Cave.  Est-ce que Warren Ellis a été le révélateur que Nick Cave attendait depuis le début ?

Je trouve au contraire que Warren Ellis a fait évoluer Nick Cave vers des chemins artistiques où il n’aurait sans doute pas été spontanément. Les guitares ne sont plus aussi prédominantes, mais tous les instruments apportés par Warren Ellis (boucles électro, violon, bouzouki ..) ont permis d’ouvrir la musique à d’autres sonorités. Nick Cave & The Bad Seeds, ce n’est pas qu’une voix, mais aussi une identité sonore reconnaissable désormais.

Nick Cave n’a t’il pas perdu gros avec les départs de Mick Harvey et Blixa Bargeld ?

Ces départs n’ont pas été abrupts, mais ce sont des évolutions naturelles chez un artiste qui désire se renouveler. Les groupes qui conservent leur noyau dur avec  les musiciens d’origine sont extrêmement rares. Certains artistes changent de producteur, d’autres de musiciens. Et puis le line up des Bad Seeds n’est jamais définitif et les relations ne sont pas rompues entre ces musiciens. Blixa Bargeld avait, par exemple, été initialement pressenti pour participer à Push The Sky Away.  Il fait aussi une apparition dans 20 000 jours sur terre. 

Qu’elle est votre période préférée dans la discographie de Nick Cave ?

J’aime beaucoup Let Love In, parce que qu’il contient tout ce que le groupe sait faire. Le disque possède une vraie cohérence malgré le fait que Nick Cave et ses Bad Seeds abordent différents styles et puis “Red Right Hand” et ses clochettes magiques fait partie de mes chansons préférées.

Essayons d’être devin.  Que peut-il encore nous proposer de nouveaux ?

Il est difficile de prédire la suite. Quelques photos récentes des musiciens de Grinderman ont été publiées sur les réseaux sociaux. Peut-être est-ce une piste ? Un retour au rock ne serait pas complètement étonnant après l’ambiance lourde et étouffante de Skeleton Tree.

Site de Christophe Deniau

Propos recueillis par Damien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.