Chevalrex, révolutionnaire de velours

Depuis de nombreuses années, Chevalrex (Rémy Poncet dans la vraie vie) avance à pas de loups entre son travail de graphiste, de passeur de belles musiques avec son label Objet Disque et surtout comme auteur compositeur interprète. Il a trois albums à son actif. Tous plus beaux les uns que les autres.

Catapulte (2013), avec ses compositions bricolées à la maison, le projetait dans la chanson française comme le digne héritier du Dominique A période La Fossette. Trois ans plus tard, Futurisme (2016) annonce à son auteur un futur serein grâce à une critique qui retrouve chez lui la marque des grands compositeurs français.

En 2018 sort Anti-Slogan l’album de la confirmation. Comme son titre le laisse entendre, Anti-Slogan ne chante pas la révolution. Le valentinois ne veut pas changer le monde avec ses chansons, mais le rendre plus beau grâce à des symphonies de poches discrètes et ambitieuses. Avec ses textes introspectifs, le jeune trentenaire parle de lui comme il parle de nous. « Moi face aux mouvements du cœur, moi face au monde et ses lueurs » chante-il dans Face aux mouvements du cœur #1. Il est le meilleur représentant d’une génération qui ne sait pas trop s’il faut se révolter pour garder sa dignité ou laisser les autres agir À l’abri d’une vie intérieure. S’il a longtemps pensé que la musique était un art du bricolage, Chevalrex est aujourd’hui un artiste confirmé à l’ambition marquée. On croise chez lui les univers de Florent Marchet, Yves Simon et même parfois William Sheller lorsqu’il décide de parer ses belles mélodies de cordes caresseuses.

Avec Anti-Slogan, l’album qu’il viendra défendre sur scène, Chevalrex n’est plus ce Beau Perdant qu’il a bien voulu prétendre dans l’un de ses premiers 45t mais plutôt ce gagnant magnifique sur lequel il faudra compter ces prochaines années.

Damien

Chevalrex à l’Autre Canal vendredi 28 septembre 2018