Cass McCombs « Big Wheel and Others « 

CASS-MCCOMBS-BIG-WHEEL
Depuis dix ans, Cass McCombs mène tranquillement son bonhomme de chemin pour devenir aujourd’hui l’un des meilleurs chroniqueurs de l’Amérique actuelle. Artiste productif autant qu’inégalé, il vit sa vie de musicien de la même manière qu’un Jack Kerouac. Comme lui, il produit son art avec un bouillonnement insaisissable. Sept albums en dix ans, dont l’insurpassable Wit’s End,ont suffi à asseoir l’Américain comme l’un des meilleurs songwriters de sa génération.

Faisant suite à Humor Risk, Big Wheel and Others est sans nul doute l’album le plus ambitieux jamais écrit par l’auteur de Catacombs. Parsemé d’extraits sonores du documentaire Seande Ralph Arlyck(1969) décrivant le portrait d’un jeune enfant dans un milieu hippie, Cass McCombs s’inscrit une nouvelle fois dans l’esprit de la contre-culture américaine et donne vit à plusieurs personnages marginaux. Composé de 22 morceaux aux ossatures variées, Big Wheel and Others donne le vertige aussi bien dans sa forme que par son fond. Mais ce vertige, très éloigné de celui produit par la peur, ressemble plus à celui que l’on éprouve devant les grands espaces qui s’ouvrent à nous. Des grands espaces souvent chantés par le mouvement Americana dans lequel Big Wheel and Others s’inscrit. On pense à Harry Nillsson, Roger Mc Guinn ou encore Gram Parsons. Cass McCombs suit le sillon creusé par ses maîtres et  en profite pour montrer une profonde liberté dans ses inspirations. On passe tour à tour d’une sensibilité folk à une ballade countrysante, en passant par des instants blues folk. Angel Blood glisse avec une infinie délicatesse grâce à son pedal steel, avant que le blues nous gagne sur The Burning of the Temple 2012. En écoutant la superbe Dealing, Elliott Smith se serait sans doute mis un autre couteau en plein cœur. Entre coups de génie (Home on The Range et Brighter) et coups d’éclat (Joe Murder et Satan Is My Toy), on aime se balader dans cette musique riche en expériences comme le ferait un globetrotter perdu dans ses errances.

Site