Brigid et Michel :: Waste

brigid-et-michel-renegat-records

En vrai, Brigid et Michel  n’existent pas. Sous ce patronyme se cache deux jeunes gens originaires de Dinan qui trainent sans doute leurs guitares et synthés du coté de Rennes. Shoegazing, Cold Pop, appelez cela comme vous voulez, le duo sait écrire des chansons qui trainent une forme de spleen enjoué. Un peu comme Slowdive…en mode Lo-Fi.

Dès l’ouverture, le ton est donné sur « Endless », une pop song noyée dans les strates d’effets.  Pour la forme, nous y sommes. Le songwriting suit la route et  très vite, ces multiples mélodies viennent imprimer leurs marques indélébiles. La mélancolie vient nous  embrasser à pleine bouche sur « Sleep » et « Waste », nous irons nous lover dans ses bras, sans insistances. Car il y’a un peu de Ride, My Bloody Valentine et Cure dans la musique de Brigid et Michel,  sans oublier le coté Cold assumé par une boite à rythmes minimalistes qui leur sied parfaitement.

Et quand Marine et Baptiste décident de reprendre un titre du groupe new-yorkais Tele/Visions connu pour leur Bedroom Pop estampillée 2010’s, c’est pour mieux se rapprocher de Motorama.  Explorant les contrées instrumentales Post Rock sur « He’s Losing His Consciousness In His Death Throes » et « Realities », avec distorsions à l’appui, on ne pourra s’empêcher de penser aux canadiens de Do You Make Say Think revisité par The Cure…. toujours et encore eux.  Lorsque puissance et légèreté font bon ménage.

Si la première partie de l’album- paru sous forme de cassette- explore la Noisy-Dream Pop avec brio, le groupe s’engouffre dans les brèches d’instrumentaux sur la seconde partie et s’essouffle quelque peu. Non pas à cause d’une quelconque baisse de qualité mais uniquement par le niveau élevé des titres précités.  Aussi simple que cela.

Mathieu