Bob Log III :: Live à la campagne

Bob Log III, légende des one man band, déjanté de première, globe-trotter depuis 20 ans, en tournée perpétuelle, revient à la Bazka, 1 an après un premier passage qui n’avait pas attiré les foules. Il faut dire que la Bazka, c’est le trou de balle du Grand Est. A la frontière de notre Meurthe-et-Moselle riante et des tristes Vosges plates, sur la route de Neufchâteau (c’est dire…), Hervé et Catherine, les hôtes du lieu, ont investi une bâtisse perdue au milieu des bois et en ont fait une salle de concert toute équipée qui accueille la fine fleur du punk et du rock’n’roll depuis maintenant quelques années. Un projet fou qui ne repose que sur la passion et la volonté du couple de recevoir ses groupes préférés de passage dans la région, profitant d’un trou dans la tournée et qui reviennent, convaincus par l’accueil 4 étoiles et la garantie d’une bonne soirée. Mais bon, c’est à 45 min de bagnole depuis Nancy, faut donc être motivé et garder à l’esprit qu’il faut revenir sans perdre ses points de permis et de vie.

C’est donc motivés et mûs par la passion du rock que nous partons fièrement vers 21h, la nuit tombante et une fine pluie s’écrasant sur le pare-brise de la kangoo. Autant vous dire qu’au bout de 20 min, on se demande ce qu’on fout là et si on serait pas mieux devant la télé. Probablement mais bon, maintenant qu’on est sur la route…

Et donc on arrive, on retrouve même le lieu du premier coup et on se fait engueuler à peine arrivés par le patron parce qu’on s’est garé comme des cons sur son seul carré de pelouse. On sera une vingtaine ce soir-là, ce qui est 2 fois plus que la dernière fois mais toujours pas à la hauteur de la qualité du spectacle proposé. Un doux mélange d’habitués, quelques têtes connues qu’on a plus ou moins le plaisir de croiser et l’inévitable meuf déjà bourrée qui veut absolument nous faire la bise comme si on était potes. « C’est moi qui conduit alors ça sera un jus d’orange s’il te plaît Catherine et une Goudale pour mon pote », peu après suivi d’un « putain c’est fort la Goudale quand même ! » pour un passage obligé au bar.

Le concert commence dans les escaliers, joie des micros HF, et Bob déboule dans sa combinaison argentée et coiffé de son casque de moto équipé d’un téléphone soudé à la visière. Il check tout le monde (oui on est pas beaucoup mais c’est le geste qui compte non ?) et c’est parti pour une heure de boogie blues garage foutraque. L’avantage du one man band, c’est quand même de pouvoir faire des pains, de s’en foutre du tempo et s’arrêter quand on veut pour raconter des conneries. Bob maîtrise parfaitement l’affaire et son jeu de picking et de slide, allié à ses pieds virevoltants sur ses pédales de grosse caisse/cymbale/pads de déclenchement des samplespré-enregistrés sont un régal. Difficile pour le novice de distinguer un morceau d’un autre, d’autant que la voix est sous-mixée et quasi inaudible, mais si on se laisse un peu porter, le sens du groove et du show font le job. On aura droit à presque tout le show : gonflage et pétage de ballons par la meuf bourrée, la meuf bourrée sur les genoux, la meuf bourrée le cul dans le champagne préalablement versé dans un canard géant gonflable et la meuf bourrée qui fait chier avec son bâton licorne… Sinon le concert était super et Bob Log 3ème du nom est reparti comme il est venu, manquant de se péter la gueule dans les escaliers tout en jouant, parce que je le soupçonne de voir que dalle à travers son casque.

A l’année prochaine Bob !

Cédric