Blondie « Panic Of Girls »

Pochette cover panic-girls-blondie
Autant le dire tout de suite, la déception est à la hauteur de l’amour porté à ce groupe mythique. On comprend mieux pourquoi l’annonce du grand retour de Blondie n’a pas plus affolé que ça le monde de la musique. Au lieu de Panic Of Girls, l’album aurait mieux fait de s’appeler Panic Of A Band. A trop vouloir rivaliser avec la jeune garde, on finit par se brûler les ailes. A l’instar de certains groupes comme les Pixies qui ont la franchise pécuniaire de surfer (Rosa ?) sur la vague du succès en ne jouant que les anciens morceaux, il aurait mieux fallu que la bande à Debbie Harry en fasse de même. Car même si l’on retrouve tout ce qui a fait le succès de Blondie dans les années 70/80, (une pointe de power pop par ci, avec Mother un peu de reggae par là dans The End The End) la magie n’opère plus. Ca sent le botox et le collagène. La voix de Debbie Harry se confond parfois avec celle de Marianne Faithfull (Love doesn’t Frighten Me) et la production est bien trop policée. On n’ira pas jusqu’à dire que le cœur de verre (Heart Of Glass) s’est brisé, mais lorsque l’on voudra écouter Blondie on se retournera plus volontiers vers les anciens morceaux que sur les nouveaux.

Site / Myspace