Bikini Machine – Bang on time

bikini2014_visuel

Par soucis de calendrier, il aura fallu attendre cinq années pour enfin pouvoir réentendre les Bikini Machine. Entre performance ciné-concert sur le film Desperado de Robert Rodriguez et une étroite collaboration avec Didier Wampas,  le rock band Rennais n’aura pas chaumé. La preuve en est avec Bang on Time leur nouvel album dont la mise en boite s’étale sur, excusez du peu, 3 ans à raison d’une session d’enregistrement par semestre. Une éternité pour beaucoup, mais pas pour Bikini Machine qui aura réussi à tirer le meilleur de cette expérience, l’urgence qu’on imagine à chaque session d’enregistrement donnant aux 10 titres qui composent ce nouvel album un résultat cohérent et rempli de spontanéité.

Exit le côté déconneur et les morceaux 100% instrus des précédents albums, Bang on Time va droit au but et démontre une maturité certaine dans l’art et la manière de la composition efficace. Assez proche hier de l’univers de Jacques Dutronc et de Nino Ferrer, Bikini Machine oeuvre aujourd’hui dans la lignée du Spencer Davis Group et de la bande originale de films à la John Barry, l’ambiance voyous sympas pétés au vitriole de  Monsieur Fernand (Tontons Fligueurs) ayant laisser sa place aux tueurs de sangs froids méticuleux à la Jack Carter (La loi du milieu).

Vous entendrez peut être dire que Bikini Machine fait du neuf avec du vieux, disons plutôt qu’ils font du vieux avec du neuf et qui plus est avec l’élégance et la classe de Vito Corléone. Certes ils auront pris leur temps mais tel un bon cru, le quatuor Rennais s’est bonifié, Bang on Time est une réussite.

O.

casque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.