Bantam Lyons :: Melatonin Spree

Bantam Lyons :: Melatonin Spree

Digne rejeton de feu Rosebud (label indé orienté  90’s pop), Bantam Lyons, établi à Nantes, déroule  sept noisy  pop-songs habitées, sans aucun complexe. Et ils ont foutrement raison.

Plutôt actif  ces derniers temps, un mini album et un Maxi 45t sortis ces deux dernières années, le groupe breton  peut se présenter comme sûr de son coup. Leur premier album Melatonin Spree, enregistré par Peter Deimel , est d’autant  plus attendu au vu de leurs excellentes prestations  live.  Loic, Maëlan, Benoit et Samuel partagent leur engouement  pour les  groupes shoegazing et pop  de Mogwai à Girl Of Hawaï en passant par Brest la ville. Cité dont certains en sont originaires, n’hésitant pas à tatouer son nom sur le bras.

Les textes traitent d’histoires souvent vécues. Comme dormir dans sa caisse en sortant d’un bistrot sur « Away from the bar », Brest for ever.  Le timbre de Loïc -guitare & chant- n’est  pas si éloigné d’un Win Butler (Arcade Fire), ou Malcom   Eden (Mc Carthy). En tous les cas, la voix en impose et mène l’auditeur dans de belles sphères rêveuses « Michel ». Soutenu par des mélodies solides à la fois cristallines et rêveuses des guitares et orgue, la rythmique s’adonne aux joies de la krautpop enjouée.

« Something Familiar » s’enflamme en crescendo pour un refrain incandescent, tandis que « Beds » s’envole pour six minutes de metronomic pop  aux lyriques envoutantes nous rappelant Hefner. Cascades dream pop pour le refrain de « Slowly sliding », mélancolie harmonique addictive renforcée par l’orgue au son d’harmonium sur « Deft hands ».  Avec un détour par Glasgow si possible, consumant les guitares shoegazing, quelques notes de pianos et bruits divers en guise de combustion et en clôture sur « Leopard print wife beater ».

Peter Deimel assure au groupe une production  90’s où la saturation est un art et un parti pris. La scène ouest, berceau d’un shoegazing pop à la française connaît un regain de forme, on pense à The Missing Seasons, Classe Mannequin, Djokovic dans lesquels on retrouve, comme par hasard, des membres de … Bantam Lyons.

Mathieu