Baden Baden « 78 »

  !cid_DA128A4DAAB540F19502915BDB67B3A1@LARA2
Alors que certaines personnes prennent la ville thermale allemande pour une ville refuge afin de prendre une décision historique, d’autres choisissent ce patronyme comme nom de scène en espérant peut-être rester tout autant dans l’histoire (de la musique). Sorti sur le tout récent et énergique label Starlight Walker (Shout Out Louds, Jim Yamouridis), Baden Baden signe là un premier EP qui surprend tout le monde. Si le groupe avait vu le jour en Belgique, il s’appellerait Girls In Hawaï. En Allemagne, The Marble Man. On peut aussi faire un rapprochement avec Les Innocents. Baden Baden est une cure de jouvence pour la pop made in France. Une mélancolie remplie d’espoir ressort des six morceaux de 78. Leurs mélodies sont ancrées dans leur temps grâce à une pop folk spacieuse, onirique et juvénile chantant des thèmes comme la nostalgie de l’enfance, l’envie d’évasion et le besoin de vivre. Les guitares sont en apesanteurs, le chant s’élève vers un clair obscur éthéré. On ne ressort pas indemne d’Anyone, premier single d'un EP inaugural qui offre beaucoup de surprises mélodiques. Rafraîchissant. Il était donc normal d’avoir un entretien avec l’un des membres du groupe : Julien.

– D’où venez vous et comment vous êtes vous rencontrés ?

Le groupe s’est formé à Paris il y a deux et demi, autour d’Eric, le chanteur/guitariste. Eric cherchait à monter un projet live, et a réuni les membres peu à peu. D’abord je suis arrivé Julien (guitare), par un ami commun musicien, qui nous a présenté. Ensuite, ce fut Guillaume (basse et Chant/Chœurs), qu’Eric a rencontré lors d’un concert. Gabriel (batterie) est un ami de Guillaume avec lequel il jouait dans une précédente formation.

– Pourquoi avoir fait le choix de sortir un EP au lieu d’un album ?

C’est un bon début vers quelque de plus consistant. Cet EP nous a permis de prendre nos marques, de travailler notre son, et de définir notre univers musical.

Photo de presse_Baden Baden2

– Où ? Quand ? Comment avez-vous écrit l’EP ?

L’EP a été écrit le premier semestre de 2010. Eric apporte la base des morceaux, et écrit les textes. Ensuite c’est un travail de groupe en termes d’arrangement, d’ambiance, de structures. Ce travail collectif nourrit la composition avant de figer les choses lors de l’enregistrement.

– Y’a-t-il un album en préparation ?

Oui, il est en cours d’écriture, pour une sortie prévue à l’automne.

– Avez-vous déjà une idée précise de ce que vous voulez faire ?

Non, et heureusement ! Le travail sur l’EP, la petite tournée engagée depuis Septembre, une réflexion sur le son du groupe nous ont permis de définir certaines choses, mais on espère réussir à se surprendre pour ce premier album.

– Partagez-vous l’écriture des morceaux ? Est-ce c’est quelque chose de bien défini au sein du groupe ?

Eric apporte la plupart des bases pour les morceaux. Mais il n’y a pas une règle, dans le sens ou toutes les bonnes idées qui font écho à un morceau sont les bienvenues. Un morceau comme ANYONE a été construit ensemble puis enregistré, par exemple.

Photo de presse_Baden Baden

– Pourquoi ce choix de chanter en anglais et en français ?

On a choisi de ne pas choisir. Le français comme l’anglais est naturel. Eric, qui apporte les textes, écrivait aussi bien en anglais qu’en français avant le groupe.  Au début, on était davantage porté par les sonorités anglaises, puis assez naturellement on a eu envie de jouer aussi en français, et de ne pas se priver.

– N’avez-vous pas peur de vous perdre dans la masse des groupes actuels en chantant en anglais, alors que le chant en français vous donne une particularité singulière ?

Le fait de chanter dans les deux langues nous donne peut être cette particularité, oui, après tout cela encore une fois se fait très naturellement.

Pourquoi avoir fait le choix de signer sur une toute nouvelle structure comme Starlight Walker ?

C’est une petite structure très dynamique. Simon, qui a monté le label, nous manage depuis plus d’un an maintenant, et donc la signature s’est faite logiquement.  On a confiance en lui dans ses visions et ses choix de développement, de même qu’il nous fait confiance pour le côté artistique. Aujourd’hui on est très content de cette signature.

Que ressentez-vous lorsque l’on vous présente comme un nouvel espoir hexagonal ?

Ça fait plaisir et c’est encourageant, bien sûr. Après on a conscience que tout cela peut être très éphémère. On se concentre donc sur 2011 et sur l’écriture d’un bel album. A très bientôt donc !

 Myspace / Deezer

2 comments for “Baden Baden « 78 »

  1. janvier 7, 2011 at 10:55

    .

  2. janvier 8, 2011 at 12:35

    [C’est Top]

Comments are closed.