Austra et Pixx aux Trinitaires de Metz

Le festival itinérant « Les Femmes S’en Mêlent » se posait a Metz dans le cadre gothique de la salle des Trinitaires. Tour à tour, la canadienne Katie Stelmanis précédée par la londonienne Hannah Rodgers allaient démontrer que Synthé Pop et voix atmosphériques faisaient bon ménage.

Récemment signé sur le label 4AD, Pixx devait, en 6 titres, convaincre du bien fondé de son existence. Six chansons c’est peu, mais c’était le temps imparti pour la première partie. Maquillage de poupée chiffonnée et pose de pantin désarticulé souffrant d’insomnie cauchemardesque, la chanteuse Hannah, du haut de ses 21 ans, en jette. Reléguant ses musiciens en arrière plan, elle s’applique à célébrer la Pop Electro grâce a une tessiture de voix qui rappelle Kate bush ou Siouxsie. Les joutes électroniques enrobées d’instruments classiques se montrent plus complexes qu’elles en ont l’air. C’est toutefois sur le dernier titre et single joué « I Bow Down » au rythme Motorbeat que le potentiel de Pixx s’affiche. Son album est annoncé pour le mois de juin.

Dans la famille AUSTRA nous avons donc aux claviers, un sosie de Martin Gore (DM), aux mimiques précieuses et sexy comme un ange. Dans l’ombre, une batteuse à la longue chevelure nommée «Maya» et dont le jeu est un condensé de précision. A la basse et synthés, un clone d’Alan Wilder (ex DM), qui s’avérera être le point d’appui du groupe. Et au chant, une muse qui déambule sur scène avec l’aisance de celle qui ne doute pas et dont la voix drape le lieu de satin rouge.
La première moitié du concert privilégie les titres issus du dernier album sorti cette année Futur Politics. Choix judicieux pour faire monter l’ambiance avec de très beaux moments – Utopia et I Love You More -. Si les nouvelles compositions sont plus téméraires, ce sont bien les titres de leur premier album «Feel It Break » qui remportent la ferveur. Les montées synthétiques dignes de la scène Techno de Detroit valorisent la puissance et l’efficacité sur « Beat And Pulse », « Loose It » et « The Vilain ». La danse étant contagieuse, les musiciens d’Austra ne se gênent pas. Un rappel généreux permet à la cantatrice Indie de placer de bel-les pièces au piano et chant, de quoi rendre le monde heureux.

Mathieu

2 comments for “Austra et Pixx aux Trinitaires de Metz

  1. Claire
    avril 4, 2017 at 11:30

    Scène techno de Detroit ?
    Ce ne serait pas plutôt celle de Toronto ?

    • Ground Control To Major Tom
      avril 5, 2017 at 6:33

      Mathieu parle ici de l’influence de la scène techno de Detroit sur la musique d’Austra et non de son origine. 😉

Comments are closed.