Arlt :: Soleil Enculé

Soleil Enculé. Quel titre !!!! S’il existait une récompense pour le meilleur titre d’album français, le prix serait à coup sûr décerné à Arlt. Soleil Enculé est le quatrième album du duo formé par Eloïse Decazes et Sing Sing. Après bientôt dix années d’existence et à l’heure où il serait légitime de parler d’album de la maturité pour leur nouvel effort, Arlt prend tout le monde à contre-pied et revendique le retour aux origines et à l’immaturité. Nous sommes déjà prévenus grâce au texte promotionnel qui qualifie Soleil Enculé de « tout premier album de Arlt ». Cela se confirme dès les premières phrases chantées  « Voilà l’enfance enfin, ça nous aura pris du temps… » (Frère et Sœur).
A la manière de Rousseau qui prônait le retour à l’état de nature, Arlt revendique haut et fort le retour à l’innocence de l’enfance. Cette période magique où tout est à découvrir, à apprendre, à inventer. Le successeur de Deableries permet à Arlt de retrouver une certaine virginité candide et poétique faite de mots simples, de chants ingénus et d’accidents bienheureux. Les phrases sont souvent répétées à la manière d’un enfant qui ne connaîtrait que quelques mots. L’écriture musicale est simple, folk et résulte parfois d’improvisation fantasque. Dans ce jardin d’enfants, le duo a invité une nouvelle fois le très inspiré Mocke, mais aussi Clément Vercelletto, Bertrand Belin, Claire Vailler, Léonore Boulanger, Borja Flames….Cette cour de récréation ressemble à une rencontre entre l’excentricité bancale d’Albert Marcoeur et la folie ordinaire d’Areski et Fontaine. Cela fait du bien d’entendre autant de liberté dans la forme et de poésie dans le fond. Crions tous Soleil Enculé.

Damien