Antoine Loyer :: Le Chant Du Recrutement

antoine loyer le chant du recrutement

Poussée Anglaise en 2011, Le Chant Du Recrutement en 2014. Les titres des albums d’Antoine Loyer sont déjà des invitations à l’ailleurs avant même d’y avoir jeté une oreille. Artiste à part, qui avance au grès de ses envies, Antoine Loyer est de ceux qui nous poussent à ouvrir encore plus grandes nos oreilles et éprouvent nos certitudes. Allez voir ailleurs si j’y suis, c’est un peu le leitmotiv d’Antoine Loyer et de son dernier album paru sur le label La Saule.
Le Chant du Recrutement est un album aventureux et encore trop rare. Il est de la trempe de ceux que le label Saravah de Pierre Barouh produisait dans les années 70. Comme eux,  cet album propose une autre écoute. A l’époque où tout le monde ressemble à tout le monde, Le Chant du Recrutement fait office d’ovni. C’est un album qui déconstruit la langue et la musique française comme pour mieux la réinventer par petites touches. Des petites touches qui ressemblent à celles que pourrait faire un peintre qui inventerait un nouveau langage ou des nouvelles formes. Antoine Loyer compose à la manière d’un Dick Annegarn ou d’un Areski qui seraient revenus de voyages avec des nouveaux horizons mélodiques. Ici on entend des tablas, de l’harmonium, des arpèges folks inattendus. On voyage à la fois en Inde, en Europe de L’Est, en Afrique. Album cosmopolite, Le Chant Du Recrutement traduit surtout une nouvelle poésie envoûtante et troublante que l’on n’a pas l’habitude d’entendre.

Damien

casque