Angil & The Hiddentracks :: Lines

a3515752704_10

On ne va pas faire le surpris. Mickaël Mottet nous avait prévenus que l’aventure Angil & The Hiddentracks allait prendre fin et que Lines allait être l’ultime EP du groupe. C’était presque écrit sur la ligne de vie de la main aux doigts coupés représentée sur la pochette dessinée par Guillaume Long. Les histoires d’amour finissent mal en général dit la chanson. Bien au contraire. Avec Lines, notre histoire avec Angil et ses morceaux cachés se termine en beauté.
Si Lines était une couleur, il serait sans doute jaune. Il ressemblerait à cette ligne jaune qu’il ne faut surtout pas dépasser au risque de se perdre, de partir là où il ne faut pas. Avec courage et probablement avec un soupçon de désillusion, Mickaël Mottet a mis un terme à Angil & The Hiddentracks avant que le groupe ne perde en authenticité et qu’une certaine forme de lassitude ne s’installe.
Cette ligne, c’est aussi celle de la reconnaissance que le groupe n’a jamais pu franchir. Soutenu par des amateurs éclairés et fidèles, Angil & The Hiddentracks n’a jamais eu la reconnaissance qu’il méritait. Alors comme un baroud d’honneur, Mickaël Mottet et sa bande se sont fait plaisir en enregistrant l’EP qui leur tenait à cœur depuis longtemps.
Enregistré en prise live avec le groupe entier dans la même pièce, Lines possède la même spontanéité et le même son direct d’un groupe qui vient de naître et de produire ses premières démos. Ces quatre titres aux multiples formats (pop, hip hop…) sont les plus authentiques qu’Angil & The Hiddentracks n’ait jamais enregistré. C’est dans l’économie de moyen et le son lo-fi que le groupe a finalement trouvé sa vérité. Il a fallu attendre la fin de l’histoire pour découvrir la véritable ADN des Stéphanois. Dommage.
Angil & The Hiddentracks fait désormais partie des groupes dont on attend déjà une réformation. C’est à la mode en ce moment. On peut toujours y croire.

Damien

casque