Anabel’s Poppy Day « Ah Bonjour ! »

4264241504-1

Avec Far From Home (2009),
Anabel’s Poppy Day avait vu avant tout le monde le grand retour des années 90
dans la musique actuelle. Celle qui, depuis 2003, bricole dans son coin des
mélodies créées dans un esprit lo-fi, n’a malheureusement pas eu l’écho qu’elle
méritait. C’est aujourd’hui naturel de dire que la ravissante Anabel Tahar
avait vu juste avec sa musique faite de bouts de ficelles comparable à un
synthé oublié par Jason Lytle dans une chambre d’étudiant et des accords de
guitares bricolés par Jad Fair.

On ne s’étonne donc presque pas de voir sur ce dernier LP
ces deux mentors venir nous dire Ah
Bonjour !
Devenues une évidence, ces collaborations se manifestent
musicalement avec le leader de Granddaddy sur le titre Precious Rock From The Sea et artistiquement pour Jad Fair alors en
charge de l’artwork.

De cette rencontre avec ces deux monstres sacrés, Anabel’s
Poppy Day en sort avec une écriture grandie. Un peu comme si les deux
américains lui avaient donné quelques astuces pour aguerrir et rendre plus
mature son talent. Plus concise (puisque l’on passe de 38 morceaux pour Far From Home à seulement 7 pour Ah Bonjour !), Anabel Tahar s’est
recentrée sur sa palette sonore pour n’en garder que le meilleur. Moins
foutraque et mieux travaillé, l’ensemble des mélodies possède une certaine
homogénéité et laisse transparaître des tubes accrocheurs comme ce So Lucky chanté avec la voix de Satomi
Matsuzaki de Deerhoof. Anabel semble heureuse et nous fait partager son nouveau
bonheur avec des sucreries pop toutes droites échappées d’un album des Breeders
(Rebecca), de That Dog (Smile) ou encore de Grandaddy (Far Away Is Close Enough). Mais ce que
l’on aime par-dessus tout c’est lorsqu’elle s’offre un final plus que sublime en
se transformant en une sorte de Robert Wyatt en jupon le temps d’un
mélancolique Sun Won’t Be Enough. Finalement,
sept morceaux c’est trop peu. On en redemande encore.

Site