Allah-Las « Allah-Las »

AllahLas1500x1500Hi-Res2
Sun, sunshine, sunlight. Toutes ces déclinaisons ensoleillées vont à merveille pour qualifier la musique de ce groupe arrivant tout droit d’un État des États-Unis où l’astre solaire est un dénominateur commun à toutes les musiques qui y naissent. En plus de nous réchauffer le corps et l’esprit, Allah-Las nous fait revivre les belles heures de la pop West-Coast. Si l’histoire du groupe veut que les membres se soient rencontrés dans le plus grand magasin de disques de Californie (Amoeba pour ne pas le nommer), on ne se trompera certainement pas en avançant que c’était certainement dans les rayons consacrés aux 60’s et autres Nuggets. Et en matière de Nuggets ils s’y connaissent, puisqu’ils ont repris "Night Of The Sadist" de Larry and The Blue Note. En effet, The Allah-Las ne se jettent pas dans le vide pour franchir le mur du son en jouant un folk rock déjà entendu maintes fois, mais force est de constater qu’ils maîtrisent à merveille cet art subtil avec une nonchalance et une cruelle désinvolture.
On pense obligatoirement aux Byrds et Remains à l’écoute des arpèges cristallins. Aux garçons de plages pour les mélodies vocales. Et même à Antonio Carlos Jobim sur l’instrumental "Ela Novega". À l’ouest rien de nouveau donc, mais ce premier album du quatuor californien produit par le désormais inévitable Nick Waterhouse, brille d’un savoir-faire mélodique imparable. Un peu comme l’étaient en leur temps les Anglais de The Zombies et les Love d’Arthur Lee.

Site

1 comment for “Allah-Las « Allah-Las »

Comments are closed.