Adrien Legrand :: Impression

Précédé par un 45t, le bien nommé Impression nous reprend là où Adrien Legrand nous avait laissé. C’est-à-dire dans un cocon de douceur ouaté dans lequel on ne se lassait pas de se lover. Ce premier 45t sorti sur Objet Disque (label de Remy Poncet, alias Chevalrex) avait été une véritable surprise et donnait effroyablement envie d’en entendre plus et de connaître davantage ce Caennais déjà croisé au sein de Gandi Lake et Veik. Du registre de ces deux groupes précités, Adrien Legrand s’en éloigne agréablement en s’essayant à la langue française et au piano. Le normand joue désormais dans la catégorie révélation pop française avec une musique sans gravité où plane une certaine apesanteur. Il suffit de se laisser embarquer une nouvelle fois par ‘Là-Haut’ pour retrouver la légèreté caresseuse du premier 45t. A l’instar des peintres qui ont créé le mouvement Impressionniste, Adrien Legrand compose par petites touches diluées : une basse toute en rondeur façon Melody Nelson par-ci, des chœurs aériens par-là, un solo de saxophone langoureux que l’on jurerait sorti tout droit d’un tube des années 80… Adrien raconte de belles histoires où il est souvent question de rapport avec l’autre. L’amitié, la rencontre, l’amour sont des thèmes ultra utilisés dans la pop, mais prennent une couleur différente chez Adrien Legrand. « Ce que je ferai, ce sera l’impression de ce que j’aurai ressenti. » a dit Monet. Adrien Legrand a fait sienne cette phrase de la plus belle des façons.
La surprise du 45t est confirmée. Il faut désormais compter sur Adrien le grand impressionniste pop.

Damien